Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog artistique de Michel Théron
Le blog artistique de Michel Théron
Menu
Autrefois et Aujourd'hui

Autrefois et Aujourd'hui

Méditations photographiques
D.R.

C

 

ette photographie les juxtapose, me semble-t-il : d’une part, la croix renvoie à un monde autrefois très présent dans le cœur et les esprits, le monde chrétien. Et de l’autre, le poteau et les fils électriques peuvent résumer, avec un peu d’imagination, le monde d’aujourd’hui, cherchant avant tout d’améliorer les conditions matérielles de l’existence.

Qu’y avait-il autrefois qu’il n’y a plus ? Le sentiment d’être protégé, sécurisé, concerné et pris en charge par le Texte sacré qui expliquait toutes choses. Dans la modalité chrétienne que j’ai connue, le catholicisme, il y avait aussi l’Institution ecclésiale, qui dirigeait le troupeau fidèle, et le dispensait ainsi des doutes personnels. – Mais principalement, la vie était finalisée. À regarder la croix aux carrefours, comme ici, on pensait à celui qui fut offert en sacrifice pour racheter les péchés des hommes. La vie alors n’était pas absurde, elle avait un sens, obéissait à un récit explicatif, de la chute à la rédemption. Combien d’œuvres chéries, aussi, étaient basées sur cette dualité ! Elles nous tendaient un miroir consolateur de nos épreuves.

Mais petit à petit ce monde d’autrefois s’est effacé. Et aujourd’hui il agonise. À l’inverse, le progrès matériel hante tous les esprits. On en assure la certitude à chacun, au point qu’il n’est pas de problème qui, pense-t-on, n’y puisse trouver sa solution. La vie s’auto-suffit, elle n’a nul besoin d’une garantie extérieure pour s’assurer de son authenticité. Bonheur et confort s’auto-légitiment, sont leur propre caution. Mais que devient un monde d’où a disparu toute transcendance ? Me revient en mémoire la formule latine : Et propter vitam vivendi perdere causas – Et en faveur de la vie perdre les raisons de vivre...

Alors dans un tel monde la photo perd sa signification extrinsèque, pour devenir un simple jeu de lignes, une œuvre seulement graphique. Déculturation et esthétique formelle l’emportent, comme aujourd’hui, sur les ruines du sens et de la mémoire.

 

***

Cette photo et ce texte sont tirés de ma collection d'ouvrages Petites méditations photographiques, 6 tomes parus, disponibles en version papier et en version électronique (e-book). On peut feuilleter le début de chaque tome en cliquant sur : Lire un extrait. On peut acheter chaque volume sur le site de l'éditeur en cliquant sur : Vers la librairie BoD 

Petites méditations photographiques
Théron, Michel
15,00Livre papier
Lire un extrait
Petites méditations photographiques
Théron, Michel
15,00Livre papier
Lire un extrait
Petites méditations photographiques
Théron, Michel
16,00Livre papier
Lire un extrait
Petites méditations photographiques
Théron, Michel
16,00Livre papier
Lire un extrait
Petites méditations photographiques
Théron, Michel
16,00Livre papier
Lire un extrait
Exil
Théron, Michel
15,00Livre papier
Lire un extrait